CPJA, ce sont nos clients qui en parlent le mieux !

25 Janvier 2018 à 10:00

CPJA, ce sont nos clients qui en parlent le mieux.

Découvrez ci-dessous le témoignage d'entrepreneurs que nous accompagnons :

Lire la suite

Travailleurs non-salariés, du nouveau pour les cotisations

15 Janvier 2018 à 12:00

Les travailleurs non-salariés peuvent demander que leurs cotisations provisionnelles soient calculées sur la base de leur revenu estimé pour l'année en cours plutôt que sur la base de leur revenu historique. Jusqu’à maintenant, une majoration de retard était appliquée si le revenu définitif était supérieur de plus d'un tiers au revenu estimé. Désormais et pour 2018 et 2019, cette majoration de retard n’est plus applicable.

Lire la suite

CPJA vous souhaite une excellente année 2018

01 Janvier 2018 à 09:00 Lire la suite

La CSG augmente en 2018

21 Décembre 2017 à 14:30

Le taux de la CSG pour les revenus d'activité (salaires et revenus non salariaux) passera à 9,2%, contre 7,5% actuellement. Celui appelé sur les pensions de retraite et d'invalidité, s’élèvera, quant à lui, à 8,3%, contre 6,6% actuellement.

Aucune hausse n'affectera le taux de CSG applicable aux allocations chômage et aux indemnités journalières (maladie, maternité, des accidents du travail, maladies professionnelles). Pour ces revenus, le taux restera donc fixé à 6,2 %.

Lire la suite

Impôt sur les revenus et demi-part supplémentaire : le Conseil d’Etat apporte des précisions

07 Décembre 2017 à 10:00

Dans un arrêt du 22 novembre dernier, le Conseil d’Etat a été amené à préciser la règle en matière de quotient familial.

En effet, le Code Général des Impôts prévoit que les contribuables célibataires, divorcés, séparés ou veufs sans personne à charge qui vivent seuls mais ont des enfants majeurs ou imposés distinctement peuvent bénéficier d’une demi-part supplémentaire de quotient familial (soit 1,5 part) s’ils ont supporté antérieurement, à titre exclusif ou principal, la charge de ces enfants pendant au moins cinq années au cours desquelles ils vivaient seuls.

Pour le Conseil d’Etat, le décompte de ces cinq années doit se faire uniquement sur la période au titre de laquelle l’enfant pris en charge était mineur ou infirme. En conséquence, la période à compter de laquelle l’enfant est devenu majeur ne peut pas être prise en compte.

Lire la suite
Chargement ...